Premier Webinaire : « État des lieux du tourisme en Algérie de manière générale, puis durant la crise sanitaire »

Lire l’article sans distraction

Lors du premier webinaire organisé par notre association les Nomades Algériens, nous avons eu l’honneur d’avoir parmi nous deux acteurs touristiques : l’ONAT, et l’association Ouarourout.

Les intervenants représentant ces acteurs ont commencé par dresser la situation de leurs structures respectives avant  d’exposer les  principaux effets de la crise sanitaire de la Covid-19 sur leurs activités. 

En effet, Mme Zerhouni, Directrice marketing et communication au siège d’Alger de l’ONAT, décrit une situation qui avait pris un départ satisfaisant comptant plusieurs projets inédits lancés ou en cours de lancement. L’un de ces projets, le « Oran City Tour» ; un bus touristique qui permet de sillonner la ville d’Oran en faisant des escales aux monuments historiques de la ville.

 Ce projet pilote, lancé en décembre 2019 et qui devait se généraliser à d’autres villes a dû être gelé à cause de la crise !

M. Benahmed, Trésorier de l’association Ouarourout de Beni Abbes, quant à lui, revient sur la baisse du nombre de touristes depuis 2019 qui avait pourtant connu une croissance intéressante par le passé, mais qui, à cause de la crise politique qui a marqué le début de l’année, n’a cessé de reculer.

Ouarourout, une association créée en 2015, s’est assignée la tâche de redynamiser la vie socioculturelle de Beni Abbès. Elle comprend dans ses objectifs la réhabilitation des sites historiques.

L’impact de la Covid-19

Le tourisme est sans doute l’un des premiers secteurs paralysés par cette crise sanitaire. En effet, l’une des premières mesures prises par l’État algérien était la fermeture des frontières le 19 mars 2020 et l’arrêt des flottes maritimes et aériennes, ce qui a figé les flux et engendré une diminution drastique du nombre de visiteurs locaux et étrangers. Suivie de cela la fermeture des hôtels, restaurants et transports urbains et inter-wilaya.

Par conséquent, la saison saharienne a été avortée, la pandémie ayant obligé l’ONAT à arrêter toutes ses activités, comme indiqué par Mme Zerhouni : « Nous avons dû fermer nos agences de mars jusqu’à août». Ceci a engendré un impact économique sur l’organisme à cause des pertes qui ont découlé de cette suspension.

L’impact de la Covid-19 s’est donc matérialisé par des billets de transport et de réservations d’hôtels annulés, des lieux de loisir désertés, un chiffre d’affaire non réalisé, une trésorerie qui vacille, un environnement incertain pour tous les professionnels  du tourisme qui ont vu leur emploi menacé par cette crise. En juillet,  le ministre des finance annonçait déjà la somme de 27,3 milliards de dinars de pertes pour le secteur du tourisme.

Pour l’association Ouarourout, toute une chaîne de métiers s’est vue impactée par la crise sanitaire qui a frappé le monde entier et qui a également eu des effets néfastes sur le tourisme en Algérie. Les agences de voyage et associations du Sud étaient les premières à être secouées par la pandémie, celle-ci ayant débuté durant la période hiver-printemps, période générant historiquement un grand nombre de visiteurs.

Les activités éco-touristiques et solidaires de l’association – socle des objectifs de l’association -ont permis la création d’emplois (chameliers, cuisiniers, artisans, etc.) et l’insertion des femmes et des jeunes démunis,  mais à cause de cette pandémie, toutes ces personnes peinent à assurer leurs revenus avec un Sahara désert !

Quand le confinement rime avec solidarité et renouveau

Malgré les rudes moments du confinement pour tous les acteurs du tourisme, les agences de voyage se sont montrées solidaires avec l’association Ouarourout, ce qui a permis à l’association de soutenir les personnes les plus touchées par la crise dans la région.

Quant à l’ONAT, cette dernière a profité du temps du confinement pour revoir et développer de nouveaux produits. Enthousiaste, sa représentante Mme Zerhouni nous confie « Nous avons signé des conventions avec le transport aérien Air Algérie, des groupes hôteliers étatiques, le syndicat national d’agences de tourisme, la SNTF et des touring clubs afin de bénéficier de tarifs exceptionnels pour nos produits ». Ceci va permettre à l’organisme de revenir avec de nouvelles offres avec des prix accessibles!

Après un bref débat, c’est avec cette note positive que s’est clôturé le webinaire !

Amina HADJI

Nomade